Retour à l'accueil
Biographie
Chroniques
Interviews
Téléchargements
Liens





  • Brutalzone
    www.brutalzone.com

    By KBal (5,5/10)

    « Straasha joue un Black Metal mélodique pouvant être décrit comme un mélange entre Borknagar (première periode) et Ulver teinté d'influences heavy metal. Comme avec les deux groupes précédemment cités, les parties rapides alternent avec des breaks accoustiques et comme avec les deux groupes précédemment cités les voix typiquement black metal alternent avec du chant clair et mélodique. Si les nombreuses parties accoustiques sont parfaitement réussies (en témoigne le magnifique instrumental "the lonely wandering"), il n'en est pas de même pour la voix claire qui semble encore un peu limitée. Le chanteur, pas toujours très opportuniste dans ses choix de mélodies, ne maîtrise pas encore totalement son sujet et flirte parfois dangereusement avec les limites de la justesse (n'est pas Garm qui veut). La boîte à rythme plutot bien programmée ne gêne pas l'écoute et se fait assez rapidement oublier, permettant ainsi de se concentrer sur les riffs évoquant encore et toujours la paire Ulver/Borknagar, interessants donc mais manquant cruellement d'originalité. Cette remarque pourrait d'ailleurs s'appliquer à l'ensemble des compositions et résumer ainsi l'impression globale qui prédomine à l'écoute de ces 7 morceaux. Straasha, doit en effet trouver sa propre voie en développant (pourquoi pas) de façon plus conséquente, les parties purement atmosphérique que le groupe maitrise à merveille et en évitant surtout de se laisser trop envahir par Ulver & Co. Néanmoins, rappellons qu'il ne s'agit là que d'un premier enregistrement (si mes infos sont exactes) et gageons que le groupe saura s'affirmer dans un avenir espérons le très proche. Le potentiel est là, reste maintenant à développer une sensibilité plus personnelle... à suivre de près donc.»

    back to top



  • Darkside
    www.darkside.ru

    By Andrej (9/10)

    « 55-минутный сплит двух французких Epic Black Metal групп - STRAASHA и NUMENOR, упакованный в стильный digipack, наглядный пример качественной работы проделанной лейблом (Melancholia Records) и музыкантами. Первая из команд состоит из двух человек и представляет на суд слушателей 7 композиций. В которых быстрые агрессивные части сменяются мелодичными акустическими, а злобный скриминг - чистым пением. Что же касается второго проекта, представленного здесь всего 4 композициями, то он и вовсе оказался one man band. Зато стилистически NUMENOR также работает в одном стиле со STRAASHA, правда, в чуть более неторопливом ритме. Обе группы записывались в одной студии, отсюда одинаковое качество записи, довольно таки хорошее для блэк метала. Эти команды идеально подходят друг к другу и демонстрируют довольно высокий уровень, который позволяет им надеяться на хорошие перспективы в будущем. »

    back to top



  • Klasma Zine
    klasmazine.neotecc.de

    « This split unites works of two french more or less Black Metal bands. And it’s the first release of Melancholia Rec., hailing from France as well.
    STRAASHA is a fucking one-man project, founded by Lord Barth in 2000. The present, first opus is a concept work about Vaarg searching the soul of Vy’rr, his father who drowned in the sea. Announced as Black Metal in the norwegian tradition, enriched with Heavy Metal and Folk music parts, I got nothing to add. It’s even that, not less but not more as well. And it’s a awful long way to the target level for Lord Barth. Especially the clean vocals will be a wicked obstacle I guess. There’s nothing coming together and sometimes it’s really bugging. The seven tracks contain three instrumental parts with acoustic guitars and synthetic sea ambient backgrounds. The remaining songs base on Black Metal of the second generation. Mostly raging with screaming guitars. Well played, just the silly synthetic drums nerve sometimes. To be fair: the screaming, hatefilled Black Metal vocals are cool. But the mixture is not the best and doesn’t fucking work. By focusing for the good Black Metal parts STRAASHA could become interesting.
    And now for something completely different - NUMENOR. Black Metal from a french solitary fighter too. Mazed by the sindarin name „Numenor” and name-dropping like „Yggdrasil” I was curious about what’s gonna torture my oppressed ears now. And - it’s Black Pagan Metal of the better sort. Black Metal in the vein of the mid 90’s filled with hymnal, epic parts. The guitars are in the foreground, but rightful ‘cause fucking professionally played. The tempo is between medium (mostly) and faster. The synth sounds are more fitting here, not that intrusive. The drums are artificially too, I guess, and not really convincing. For a few epic, choral parts NUMENOR remind me on Manowar and some cleaner, more silent moments are very Rock-like. Best they’re if they simply strike fucking fast Black Metal. But those moments are few and far between. Yet! »

    back to top



  • Krepusculum Webzine
    www.geocities.com/krepuskulum

    By Në¢rø¢åññïßaL (4/5: Very Good)

    « This is a Split CD with two black metal bands from Melancholia Records. The first band consists in Straasha's raw black metal with a lot of folk and Heavy Metal influences. The Norwegian one-man-band also inserted heavy metal influences into their work, which is divided in five chapters. Straasha did a great alternation between acoustic guitars and violins with raw black metal passages. Great band. The other band in this split is Numenor, a side project of N.Sandoval. Numenor's music is "an authentic praise to Nature". In fact, they play good black metal alternating clean / guttural / screamed vocals. This split CD is a great opportunity to know two black metal promises. »

    back to top



  • L'Édition Métallique
    www.metalzine.com

    By Roadkill (7/10)

    «Straasha est un groupe composé en grande partie par Lord Barth - ancien membre de Mortem In Aeternum (R.I.P) -, qui décida de partir son groupe à cause du manque d'originalité que l'on pouvait retrouver dans Mortem In Aeternum.

    L'album est basé - en musique et en paroles - sur le monde de la mer. On retrouve d'ailleurs dans la musique une incorporation d'éléments Black, Heavy et voire même Hardcore. À première écoute, j'ai toutefois été déçu. Après un bruit de vagues qui s'abattent sur des rochers et dans nos écouteurs, on a droit à une chanson ("A Revelation Beyond Dream") au sein de laquelle le guitariste et le chanteur nous livrent une interprétation complètement pourrie. Un gros riff très ordinaire embarque par-dessus un blastbeat assez faible, ce qui s'endure, en fait, jusqu'à ce que le chanteur embarque... mon dieu!

    Le riff s'envole soudainement d'un côté à un autre, sans suivre la musique. Le chanteur adopte une voix claire, ma foi, complètement affreuse. On dirait un jeune de 14-15 ans qui chante. Puis surviennent, ô soulagement, des cris dignes du chanteur de Marduk.

    Soudain, sans avertissement, tout s'éteint et la chanson change complètement de rythme pour nous envoyer dans un univers folklorique fort respectable, voir même excellent! Des cris de foule, des chevaux qui marchent sur le sol rocailleux et des airs de guitare folklorique et classique résonnent.

    Après cette brève interruption, la chanson repart et se termine sur un autre air. Puis vient le tour de la deuxième des 7 pièces de Straasha ("Interval"), une pièce entièrement instrumentale d'une grande beauté.De la guitare acoustique accompagnée de contrebasse, un instrument que je considère trop rarement utilisé dans la musique d'aujourd'hui. Tout cela sur fond de tempête et de pluie qui tombe lourdement des nuages, pleurant la musique extrêmement triste que cet album nous fait découvrir.

    Ensuite, toujours sur fond de tempête, nous arrive la pièce "Drawing Near The Quest", une chanson qui ne se démarque pas des autres, mais qui livre un air beaucoup plus acceptable que celui qui nous a été envoyé en pleine figure au tout début. Encore une fois, tout s'arrête après deux minutes pour nous faire revivre l'incroyable expérience folklorique posé presque au hasard au travers des diverses pièces.

    "Farewell To The World", une chanson à caractère plutôt non-original, arrive à la hauteur des autres, mais sans les dépasser. Puis la cinquième pièce, "The Lonely Wandering" - instrumentale - joue dans le même registre que "Interval", mais sans avoir les mêmes attraits. Mais on peut encore y remarquer la présence de la contrebasse... le point le plus fort que j'ai remarqué chez Straasha. Mais ne vous perdez pas trop loin dans l'ambiance, car celle-ci sera très vite brisée lorsque la sixième pièce commençera.

    À quoi cela sert-il de créer une ambiance pour ensuite la démolir brutalement à coup de guitare? "The End" constitue la dernière pièce de Straasha et non la moindre, puisqu'il s'agit d'une autre chanson instrumentale. L'album se termine donc sur une bonne note, peut-être pour compenser le début...

    Je dirais donc que Straasha est un groupe qui aime se compliquer les choses. J'ai un peu de difficulté à suivre l'évolution de l'album, surtout au niveau du récit (car c'est une histoire qui nous est racontée ici). La batterie est par contre un atout d'une grande valeur, qui ajoute de la technique à cet album. Le batteur est, disons-le haut et fort, très performant. La basse n'est pas très audible, puisqu'elle ne sert que d'instrument d'arrière-plan pour la guitare.

    Straasha est un groupe qui passe d'un extrême à l'autre. Il vaudrait peut-être mieux se décider à choisir un camp : l'extrême de la brutalité ou l'extrême de la mélancholie. Une amélioration que je conseile personnellement : l'abandon des voix claires, qui ne font que nuire au talent de ce groupe prometteur. »

    back to top



  • Les Acteurs de l'Ombre
    www.lesacteursdelombre.com

    By Gérald Milani (9/10)

    « Ca fait un petit bout de temps que nous devions chroniquer la première production de Melancholia Records et nous nous en excusons… Jeune label prometteur aux saveurs d'un label intègre et voué au culte black métal, leur split Cd STRAASHA / NUMENOR, nous conquit immédiatement ! Derrière, une intro mer matérialisation sonore du concept de STRAASHA basée sur cette dernière, cet opus renferme deux véritables joyaux de la scène Française. STRAASHA ouvre les hostilités par un black fouillé dans un esprit assez épique caractérisé par de discrètes influences heavy et folk rendant l'ouvrage assez novateur. Novateur à la fois par l'ambiance qu'il dégage et les mélodies qu'il emprunte... Usant ingénieusement de samples aux service du thème développé, et de quelques orchestrations à corde subtiles et envoûtantes… Sans parler de ses passages acoustiques tout droit venus d'un autre âge, un âge où les celtes et la mer ne faisaient qu'un… comme ces chants vickings célébration d'une union imminente. Ce qui nous marqua particulièrement et que nous félicitons, c'est l'atmosphère dégagée respirant le mysticisme, sans user à l'excès d'artifices pompeux… Et c'est en cela que STRAASHA se démarque de la masse actuelle, et fait de son art, une délectation ! [...] Bravo à ces deux formations dans lesquels je met mes plus profonds espoirs… »

    back to top



  • Les Puces du Rock
    www.lespucesdurock.com

    By JP

    « Cette première production de Melancholia Records revèle deux groupes au potentiel réelement intéressant. Straasha évolue dans différents styles : fleurtant avec plus ou moins de réussite sur le prog, le black metal et propose aussi quelques instrumentaux bien reposant. J'ai beaucoup apprécié les parties black, les instrumentaux aussi mais les incursions dans le prog m'ont peu enthousiasmé (il est vrai que je n'aime pas ce style...). Les 7 morceaux qui composent la partie de Straasha, sont écrits et se suivent comme les chapitres d'une histoire. Je tiens à préciser que les pochettes des deux groupes sont très jolies. Numenor a retenu mon attention avec un black symphonique de belle facture, assez abordable et avenant. Au final, ce split est une bonne surprise. A mon avis, c'est un disque qui plaiera aux amateurs du genre.... A bon entendeur... »

    back to top



  • Lords Of Winter
    www.lords-of-winter.fr.st

    By Matt (8/10)

    « En voilà un groupe excellent! Récemment signé par Melancholia Records chez qui ils viennent de sortir ce premier EP (sous forme de Split avec Numenor), Straasha nous propose tout au long de ces 7 titres (dont trois instrumentaux) une musique riche, extrêmement personnelle, mélangeant des influences black metal du début des 90's avec d'autres plus folk voir même heavy. Lord Bath, unique membre du groupe, n'a pas choisi la facilité puisque les V chapitres de ce disque forment un concept autour de la mer, comptant l'épopée de Varg, un marin, parti à la recherche de l'âme de son père disparu en mer. Et le pari est entièrement réussi. Les 7 titres forment un tout indisociable, mélange de passages typiquement black metal, menés par des guitares assez rapides et mélodiques et une voix black réellement excellente (aigue sans être trop criarde) et de passages instrumentaux du plus bel effet: guitares acoustiques, violons, ambiance mer avec bruits des vagues, vents... L'alternance de deux types de compos est d'ailleurs très bien fait et à aucun moment on ne ressent une quelconque lassitude ou impression de déjà entendu. Quelques chants clairs plutôt réussis viennent apporter un peu de mélodies sur les parties les plus agressives et vraiment, Straasha parvient à faire ici ce que beaucoup de groupes de black actuels essayent de faire depuis déjà plusieurs albums sans jamais y parvenir: une musique conceptuelle loin de tous clichés, enivrante à souhaits, qui s'écoute à n'en plus finir, et dont on attend déjà impatiemment la suite tant ce premier essai est concluant. »

    Commentaires / Votes

    - Matt 03/12/2002 12:25:24

    « Juste une petite remarque au passage: j'ai mis 8/10 aux deux cds (Numenor et Straasha) mais ce sont pour moi d'excellentes notes. C'est exactement leur genre d'enregistrements dont la qualité correspond à cette note: excellents et surtout... on peut carrément esperer l'album parfait lors du premier longue durée pour chacun des groupes. »
    Note: 8/10

    ------------------------------------------------------------------------------

    - Monsieur Salades 04/12/2002 15:56:07

    « très très très bon...melodique agressif mais pas bourrin, techniquement bien fait....ben euh vivement l'album... »
    Note: 8/10

    ------------------------------------------------------------------------------

    - JB 03/12/2002 17:45:45

    « Encore une fois un très bon mini. Je ne peux que dire que bravo à Melancholia pour ces 2 excellentes découvertes.J'encourage tout le monde à se procurer ce split, beaucoup plus intéressant que bon nombre de productions internationales. Vivement l'album ! »
    Note: 8/10

    ------------------------------------------------------------------------------

    - LUCIFER 03/12/2002 12:45:26

    « Vraiment une très bonne surprise, une production à la hauteur, un black-métal qui sort des clichés pour le plus grand bien de la scène française. Melancholia Records semble sur la bonne voie pour nous pondre des albums cultes ! »
    Note: 9/10

    back to top



  • Metalland
    www.metalland.fr.fm

    By Caym

    « Straasha : groupe de black symphonique (et épique si vous voulez) auteur de 7 titres étroitement liés et à écouter d'une seule traite afin de s'imprégner totalement de leur musique. Riche, variée et originale tels sont les adjectifs que l'on pourrait apposer à l'oeuvre de Straasha mais bon n'exagerons pas trop car c'est tout de même du black métal mais c'est du bon. »

    back to top



  • Metallian
    www.metallian.com

    By Laurent Michelland (4/6)

    « Straasha nous présente sept titres d'un black metal au caractère épique et original qui sont liés aussi bien musicalement que textuellement. Soutenu par un rythme résolument rapide, le répertoire de cette jeune formation se nourrit d'influences musicales allant de Ulver au heavy metal. Les passages effrénés et violents succèdent aux moments calmes et acoustiques pour créer une musique variée et aérée, toute en nuances, qui se laisse guider par un chant tour à tour clair et déchiré. Vous l'aurez compris, Straasha privilégie la diversité et l'émulation des styles pour parachever un premier opus des plus prometteurs. »

    back to top



  • Metal Mas
    www.metalmas.com

    By Mondongo Canibale (4/5)

    « Cd compartido entre estas dos magníficas bandas francesas de black metal. Straasha practican un black metal con toques folk, con interludios acústicos muy relajantes, la perfecta combinación entre rabia, velocidad y melodia, para los que disfrutan de grupos como borknagar o ulver, voces desgarradas y limpias, un excelente trabajo. Los tambien franceses numenor nos ofrecen 4 temas de un magnífico y cuidado black metal digamos que más progresivo, influenciado por grupos como arcturus, borknagar y ulver, alternancia de voces limpias y desgarradas, magníficas melodías,....un trabajo más que sorprendente. Resumiendo, dos excelentes grupos del país vecino para hacernos pasar un genial rato, buenísimo!! »

    back to top



  • Minacia
    www.minacia.com

    By Niko

    « Ce Split CD commence très fort ! Straasha est un groupe génial. En effet, ils débarquent sur la scène, quasiment inconnus par les amateurs de Black Underground, et réussissent à nous mettre une véritable claque. Leur Black Metal est original et sort des sentiers battus : le chant est à 50% Black et 50% clair, on retrouve de nombreux passages avec des parties de guitare acoustique et des violons (ce qui apporte un sentiment de mélancolie et de nostalgie durant les 7 titres).
    Lors des accélérations de tempo, le chant se fait criard et la musique se fait épique et brutale. L'alternance entre agression et breaks inspirés est une parfaite réussite. Straasha réussit le pari d'être à la fois mélodique et sombre, sans renier l'esprit et l'essence du Black Metal. Bref, je ne sais pas si l'on peut perler d'innovation pour Straasha.
    En tout cas, il est clair que je peux au moins vous dire qu'ils ont un talent fou et que s'ils continuent sur cette lancée, ils vont accéder au plus haut des podiums !
    Mon coup de cœur pour la fin de l'année 2002… »

    back to top



  • Nazgul'Zine
    http://nazgulzine.free.fr

    By Phil (8/10)

    « [...] Premier témoignage de l' existence de ces fleurons français, ce Split-cd, d'une qualité visuelle et musicale originale, nous fait découvrir 2 perles en matière de Black-metal. Straasha, avec un style Black atmosphérique et épique très nuancé: très riche aussi musicalement,Straasha mêle douceur et agressivité, avec des riffs mélodiques et guitare acoustique séduisante.Une saga parfaitement interprétée, et maîtrisée par des musiciens qui entraîneront vos pensées ds de lontaines contrées.Plusieurs écoutes vous seront nécessaires afin de mieux appréhender toutes les subtilités dont les compos regorgent. [...] »

    back to top



  • Obskür[e]
    www.obskure.com

    By Luggh

    « [...] Straasha officie dans un black métal d'inspiration très scandinave, mais cite volontiers Ulver et le heavy métal comme principales influences. Formé autour de Lord Barth et d'Emperor Xaëlis (ah ces pseudos !), le duo cherche visiblement à jouer la carte de l'originalité: textuellement d'abord, Straasha a ici mis en musique une véritable mini saga dont le concept lie chaque titre; musicalement ensuite, même si leur black métal n'est pas renversant d'originalité, il comporte néanmoins son lot de bonnes surprises (nombreux breaks bien sentis, beaux passages de guitare acoustique folk, voix parlée et murmurée...) pour ne pas lasser et séduire l'auditeur. Le tout est servi par un son plutôt correct, le seul point faible réside en fait dans les vocaux clairs qui restent à améliorer. [...] Ce split CD digipack possède sans aucun doute tous les atouts pour faire le bonheur non seulement des black métalleux, mais aussi des amateurs de métal en général qui souhaitent soutenir ces 2 excellents groupes et le nouveau venu Melancholia dans la quête du métal extrême de qualité. »

    back to top



  • Paranoyhard

    By ?

    « Pour une première prod, on peut dire que MELANCHOLIA RECORDS a frappé fort avec ce Split.
    Commençons par STRAASHA : un heavy/black mélodique, rapide, épique, acoustique qui vous transporte dans des sphères musicales d'une grande variété où se succèdent des compositions alliant panache, rigueur et douceur.
    Le potentiel de ce groupe est énorme et un avenir tout tracé lui semble promis. Vraiment, vraiment bon !!! [...] »

    back to top



  • Planet Metal
    www.planet.tt

    By Walter (auch : www.underground-empire.com)

    « Den Anfang dieser Split-CD, die zwei recht interessante Newcomer-Acts der französischen Metal-Szene vorstellt, machen STRAAHSA mit einem siebenteiligen Konzeptwerk über „Varg The Seafarer“ (utzelglutzel, Andi). Wie der Titel vermuten lässt, handelt es sich um dezent folkloristisch angehauchten Viking Metal, den uns Bandleader Lord Barth und sein Kompagnon Emperor Xaelis hier kredenzen. Die Umsetzung des lyrischen Konzepts kann als durchaus gelungen bezeichnet werden, der Sound lässt dagegen sehr zu wünschen übrig, denn eine Vielzahl der kompositorischen Ideen geht leider im undifferenzierten Klangbrei unter. Anschließend folgen NUMENOR, ein Projekt eines Musikers namens N. Sandoval, der auch schon bei den Arrangements für STRAASHA seine Finger im Spiel hatte. Die vier Songs überzeugen zwar durch musikalische Abwechslung, klingen aber doch zu verworren, um einigermaßen nachvollziehbar zu sein. NUMENOR erinnern ein wenig an VINTERSORG, ohne jedoch deren musikalische Klasse zu erreichen, aber was nicht ist, kann ja noch werden. »

    back to top



  • Shadowshire Webzine
    www.shadowshire.de

    by Lake (7,5/10)

    « Nun hat man es ja nicht einfach mit französischen Bands, dass es durchaus einige gibt, die zu den ganz Großen zählen, hat man oft genug bewiesen, doch was Straasha uns mit dem neuen Album "Numenor" darbietet, stellt womöglich alles in den Schatten. Wohlgemerkt, dass die Band aus nur einem Mann besteht...

    Wer nun glaubt, das Album beinhaltet extremen Black Metal von der ersten bis zur letzten Minute, der irrt. Fakt ist, dass die Band bekannte Elemente des Genres mit wundervollen mittelalterlichen Klängen zu einem einzigartigen Klangteppich verwebt. "Drawing Near the Quest" ist so ein Beispiel. Da donnern die Gitarren im hohem Tempo dem Hörer entgegen, zwar nicht außergewöhnlich melodisch, doch dafür kräftig und hart. An einigen Stellen setzt das mittelalterliche Flair gekonnt ein, so dass man sich wundern muss, wie der Mann so zwei vollkommen verschieden Genres faszinierend verbindet. Die Songs werden nicht wie gewohnt mit Pausen überbrückt, sondern akustisch eingeleitet. Da weht ein Windstoss, da heulen die Wölfe, da sitzt man am Meer und hört den Wellen zu, einfach Klasse!

    "Farewell to the World" kommt zum Verhältnis anderer Songs ausgesprochen straight und etwas melodisch daher. Zwar empfinden sicher einige die Backgroundgesänge etwas störend, aber das ist nur sekundär. Straasha versteht es auch sehr gut, mit melancholischen Balladen umzugehen. Wer das Instrumental "The lonley Wandering" gehört hat, wird mit einer dicken Gänsehaut dafür belohnt. Zwar erklingen hier nur akustische Gitarren, die aber mit wundervollem Cello und Streicher arrangiert wurden. Dafür legt sich Lord Barth bei "The Great Battle of Elements" wieder ins Zeug und heizt dem Moshpit kräftig an. Das atmosphärische "The End" beendet die 5 Chapter's, die das Album unterteilt ist.

    Als Bonus gibt es noch 4 Songs der Extraklasse mit nordischem Einfluss, die zwar nicht außergewöhnlich schnell sind, aber durchaus melodische Akzente setzen. Vor allem das "Engulfed in Eternal Majesty" weiß durchaus zu überzeugen.

    Straasha hat wirklich eine außergewöhnliche Platte herausgegeben. "Numenor" bietet zwar nicht DEN ultimativen Black Metal, dafür eine gekonnte Abwechslung, frei nach dem Motto "öfter mal was neues". Wer auf die oben angesprochene Verschmelzung steht, oder seinem Ohr mal etwas Neues bieten möchte, dem sei Straasha's "Numenor" ans Herz gelegt. »

    back to top



  • She Divine And Existence Libertine
    www.shedivine.com

    by Héctor Noble Fernández (6,5/10)

    « the concept of STRAASHA is based on the mythical aspect of the sea, as well as on the mystical interpretation of travels and on the quests of the unknown.
    In this split release STRAASHA presents us a single track divided in five chapters of epic black/metal, telling the story of Varg the seafarer. Norse fast black metal recreating an epic storm, which is alternated with acoustic instrumentals, heavy metal structures and sound recordings from the oceans. The music is in general filled with a kind of dark and noble emotion, often broken by the furious black metal, drawing the battles of elements (with special success in the last track "Great Battle of Elements"...). There are two voices: a black metal one and a clean one, which is like a remote call lost in the vast sea. The epic and heavy metal touch (in conjunction with the melodies) adds dynamism to the music, while the acoustic guitar pieces (with occasional chelo appearances) offer a classical calm (and even medieval sometimes) which rocks you like a tranquil sea.
    Varied and well played, some acoustic parts and heavy metal ideas are integrated in the music in a personal way and carry a very artistic and poetic vision to their music, but honestly it could bring forward more new things (mainly in the black metal aspect, I mean).  »

    back to top



  • Shrine of Echoes
    www.shrineofechoes.bravepages.com

    By Leigh-Anne (6/7)

    « This mini-album is just a taste of what’s to come. Seven conceptual racks paying tribute to the mythical aspects of the sea as well as to it’s God, Straasha displays an uncompromising collection of traditional Scandinavian-style Black Metal (a la early Ulver). Harsh vocals, blast-beats and heavy guitar riffs demonstrate the Black Metal background, while the clean vocals (which resemble those of early Vintersorg), acoustic guitars and nature sounds bring about a folkloric ambiance. I would say this is definitely an album to listen to alone, as the music is very personal and will surely reach each listener on many different levels. Throughout the entire running-time you’ll be taken on some hights and lows, so dim the lights, burn some incense and prepare for your voyage across the sea. »

    back to top



  • Silent Scream
    www.silentscreamzine.com

    By Giorgio Fogliata (6,5/7)

    « La Melancholia Records, label francese di recente costituzione che distribuisce i propri prodotti prevalentemente via Internet, ha rilasciato questo split cd fra due band francesi piuttosto particolari. Straasha è una one-man-band in tipico stile norvegese, e propone un Black Metal epico fortemente debitore delle band dedite a quelle sonorità, quali gli inossidabili Bathory, gli Enslaved più Folk, i Vintersorg passati ed i Taake, soprattutto nei pezzi tirati. Il risultato, penalizzato da una registrazione non certo eccelsa, è un mix di partiture violente e di accenni alla musica folklorica nordica, che si realizza in passaggi per lo più sviluppati su mid-tempo piuttosto pesanti ed arricchiti da una voce limpida che narra le vicende di Vaarg, un marinaio che ha preso il mare per cercare l’anima di suo padre. E quando Lord Barth decide di accelerare il suono il vero spirito delle foreste e dei mari gelati del grande Nord si ravviva, creando le atmosfere magniloquenti e tragiche che solo quelle terre possono generare. Gli otto pezzi che compongono la saga non brillano certo per originalità, ma la proposta è piuttosto valida, l’aria che si respira è quella più classica, la proposta insomma trasuda una certa onestà. La musica degli Straasha è dedicata a pochi appassionati, ma quei pochi non rimarranno delusi. Non molto diversa la proposta dell’altra band, i Numenor, autori anch’essi di un Black Metal estremamente freddo, lento ed evocativo, sulla scia della tradizione epica degli act sopra citati. Ma mentre l’accento degli Straasha è posto sulle partiture evocative, i Numenor mettono molta più energia nelle loro composizioni, spesso costruite su tempi decisamente più veloci, ed in grado di accostare, grazie anche al sapiente uso delle tastiere, il loro suono a quello di act più collaudati e dediti a sonorità quasi sinfoniche, il tutto però sempre nel ristretto cerchio del Black Metal elitistico. Anche per i Numenor vale il discorso fatto per gli Straasha per quanto riguarda una certa mancanza di personalità delle composizioni, ma come per quelli vale l’osservazione che la mancanza di originalità è ampiamente nascosta da un’attitudine verace e dallo sviluppo di atmosfere glaciali che ben si adattano al genere della proposta. La Francia ultimamente si sta muovendo piuttosto bene in campo estremo, e specialmente in quello Black Metal. Straasha e Numenor sono ben più che due promesse, sono due realtà che non tarderanno ad imporsi all’attenzione non solo degli addetti ai lavori, e questo split è una buona conferma delle potenzialità di entrambe le band. »

    back to top



  • Vampire Magazine
    www.vampire-magazine.com

    By Marjolein

    « A co-operation between the French bands Straasha and Numenor resulted in the release of 'a revolutionary split CD that is going to make a splash in the French black metal scene'. Self-confidence or arrogance? Anyway, it made me very curious.

    In the year 2000 Lord Barth (also member of Ad Mortem In Aeternum) decided to start a one-man project under the name of Straasha. His aim was to create innovative music by adding pieces of heavy and folk metal to his Norwegian style black metal.
    Inspired by quests far out at sea, the fictional opus about the sailor Vaarg was born.Vaarg has to save the soul of his father Vyrr, who disappeared at sea years ago. He asks Straasha, lord of the seas for help. This French progressive black metal, combined with viking elements, makes me think of Enslaved. The compositions are interesting and sometimes a little predictable.
    You can hear that the songs really belong together and tell you a story; a beautiful story. Your mind will drift far away to desolate oceans. Viking hymns and acoustic passages are being varied by faster and grim black parts. This concept has got a dark and mythical atmosphere.
    Lord Barth is currently recruiting a live-band. I am very excited about the opus of Vaarg and hope to see Straasha in concert soon!

    Numenor is first of all the isle at the most desolate corner of J.R.R. Tolkien's mortal world, but it is also a project of N. Sandoval. The project started in the year 2000 and after one year this French all-rounder decided to devote himself entirely to this band.
    Enchanted by the grimness of nature, this man wrote four heartless songs that will make your fingers freeze, your body benumb and make you dream of forsaken and deserted places. Don't think nature is beautiful, nature is cruel. Numenor combines viking ballads and harsh black metal, but manages to maintain a completely own sound.
    N. Sandoval is creating a major opus, which is expected to be finished by the end of this year.

    Both bands are very creative and are able to produce a fine piece of admirable dark art. Don't wait; purchase this record as fast as you can! »

    back to top



  • Vibrations of Doom
    www.vibrationsofdoom.com

    (92/100)

    « This is the first CD release on this French label, and I must say it is very interesting and a great start for this brand new record label. Both bands presented here are quite similar in style, Straasha sings about the ocean, and Numenor sings about the cold majestic forest. Rather unusual for a split CD is the fact that Straasha gets 7 tracks, consisting of 4 "songs" and 3 instrumentals. It is the instrumentals that raise the eyebrows quite a bit, as the only thing you hear, besides the ocean sounds, are beautiful and majestic acoustic guitars and a cello, which adds a somewhat heavy yet melancholic feel to the tracks. Songs like 'A Revelation Beyond Dream' and 'Farewell To The World,' though, present nice high ended guitar work and the typical black metal riffing that is often times very catchy. Unusual still is the abundance of clean vocal work, which on the first track here sometimes sounds a bit off. The clean vocalist for Straasha is also doing clean vocals in Numenor, which was slightly more favorable for me, though not by much, as both bands are quite excellent. No cello in Numenor's work, and there are only 4 songs, but ALL contain vocals. The blackened vocals in Numenor's camp are a bit more harsh than with Straasha, which I enjoyed a great deal. 'A Journey Of Honor' contains slower paced black metal, but as with every song on this CD, they vary the speed and structure enough to make things interesting. This is a good thing, as the tracks 'Engulfed In Eternal Majesty' and 'Allegiance To The Dark Spirit Of Elements' tend to run over the 7 minute mark. Clean vocals are performed extremely well, and the majestic riffs catch you big time on 'Engulfed...' Quite an interesting release (Straasha's songs are presented in the form of a story divided into chapters) and I definitely look forward to more coming from this label! »

    back to top



  • Violent Solutions
    www.v-solutions.net

    By Sheb (14,5/20)

    « STRAASHA qui ouvre les hostilitès nous offre un black metal original et varié. Les riffs ne sont pas particulièrement originaux mais l'effort est surtout porté sur les atmosphères qu'essaye d'imposer avec une belle réussite, Lord Barth, l'homme qui se cache derrière STRAASHA. Il utilise pour cela des samples de vents et de marées qui n'ont, certes, absolument rien d'originaux mais qui, ici combinés avec des parties de guitare acoustique et de violon sont du plus bel effet comme sur l'instrumental "The lonely wandering". Les tempos variès, qui passent efficacement d'une partie atmosphérique à un déchainement de violence purement black metal sont aussi très réussis . On peut noter également le travail effectué sur les vocaux qui varient entre screams black et vocaux en chant clair plus typés viking/païen. »

    back to top



  • Walls of Fire
    www.wallsoffire.de

    By Deni (4/5)

    back to top